La presse s’exprime sur la crise

La Chronique
Haïti/Société

L’Association nationale des média haïtiens (ANMH), l’Association des média indépendants d’Haïti (AMIH) et l’Association des journalistes haïtiens (AJH) condamnent avec force tous les débordements de violences enregistrés depuis environ huit jours dans le pays de la part de manifestants et de la PNH envers les vies et les biens.

Depuis le début de ces revendications, l’ANMH, l’AMIH et l’AJH constatent plusieurs actes d’agression contre des journalistes et des média. Le journaliste, Robenson Sanon, a été blessé par balle ce 13 février 2019, des manifestants ont frappé des journalistes, abimé des véhicules de presse, tenté de saisir des équipements de journalistes, des agents de la Police nationale d’Haïti ont menacé des journalistes, les locaux de la Télévision Nationale d’Haïti (TNH) ont été attaqués, des équipements brûlés, des directeurs de deux média ont dénoncé le brouillage de leurs signaux, regrettent ces associations de media dans une note dâtée du 13 février 2019.

L’ ANMH, l’AMIH, l’ AJH protestent énergiquement contre ces actions qu’elles estiment non conformes à la démocratie, à l’état de droit, à la liberté d’expression et à la liberté de la presse. Ces associations de media mettent en garde contre toute attaque qui viserait un journaliste dans l’exercice de son travail. Car, ils ne sont en rien la cause de la situation difficile que connait le pays, poursuit la note.

Par ailleurs, l’ANMH, l’AMIH et l’AJH appellent les journalistes à la vigilance, à la prudence et au respect des règles précrites par le code de déontologie des media et des journalistes d’Haïti.

Mikenton Jean