Categories ACTUALITÉSSOCIÉTÉ

La Chronique – éducation : une réouverture des classes 2019 – 2020 en demi-teinte

Port-au-Prince, le 9 septembre 2019.- Le lundi 9 septembre 2019 marque la réouverture des classes pour l’année académique 2019-2020, au profit des écoliers haïtiens. Le constat est on ne peut plus clair, la majorité des élèves n’ont pas pu prendre le chemin de l’école. Ce, en raison de la situation socio-économique calamiteuse que connaît le pays.

À côté de l’effectif réduit tant des les rues que dans les salles de classe, nombreux sont les parents n’ayant d’ailleurs pas encore réussi à trouver les moyens nécessaires pour acquitter l’année académique 2018-2019. Selon des parents interviewés par des reporteurs de La Chronique, les carnets scolaires de leurs enfants sont encore à la direction des établissements scolaires respectifs.

Les bouquinistes et les vendeurs de fournitures scolaires, du centre-ville, se plaignent de la baisse des activités cette année. Ces marchands ont critiqué l’absence des programmes de subvention et d’accompagnement de parents, mis en place par le gouvernement à l’époque de la rentrée scolaire.

Les livres subventionnés et/ou en dotation ne sont pas encore disponibles. Le Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (MENFP) est à couteaux tirés avec la plus grande imprimerie du pays. L’un accuse l’autre de ne pas faire assez d’effort pour rendre disponible les manuels scolaires.

À côté de tout cela, une rareté de carburant persiste sur le marché local. Les produits pétroliers se font très rares et se vendent de plus en plus sur le marché parallèle et ceci à des prix exorbitant. À la pompe, le gallon de gazoline se vend à 225 gourdes. Pourtant, au marché noir, le gallon pourra dépasser la barre des mille gourdes. Ce qui n’est pas sans conséquence sur le prix des services y relatifs.

Aussi, faut-il souligner que de nombreux employés de l’Administration publique n’ont pas reçu de salaire depuis plusieurs mois. Ces employés ne sont pas exempts de la réouverture des classes, car ils doivent eux aussi préparer et envoyer leurs enfants à l’école.

Dans un contexte socio-économique dominé par une inflation galopante, les pères et mères de famille sont aux abois face la misère qui sévit dans le pays. Ils ne savent pas à quel saint se vouer, car ils doivent s’armer de courage pour affronter cette dure réalité dont le dégel ne semble pas être pour demain.

La Chronique

Merci de nous suivre et de nous aimez:
error

Laisser un commentaire