Categories ACTUALITÉS

La Chronique-Actualités : Haïti/Crise: L’opposition demande aux Nations-Unies de ne plus soutenir le président Jovenel Moïse

Port-au-Prince, le 5 octobre 2019.- Les membres de l’opposition réunis au sein de l’Alternative Consensuelle pour la Refondation d’Haïti demandent formellement au Secrétaire Général de l’Organisation des Nations-Unies (ONU), António Guterres de ne plus soutenir le chef de l’État et de plutôt prendre en considération le cri du peuple haïtien qui ne cesse de réclamer le départ de Jovenel Moïse.

Dans une lettre ouverte datée de 2 octobre 2019 et adressée au Secrétaire Général de l’organisation des Nations-Unies, l’opposition politique haïtienne attire l’attention d’António Guterres sur une répréssion systématique qu’elle accuse le Président Jovenel Moïse d’orchestrer contre les manifestants qui réclament le départ dudit “premier citoyen haïtien”.

Cela fait tantôt trois semaines depuis que l’opposition lance une oppération baptisée, « Peyi lòk », et plusieurs manifestations de rues ont déjà été réalisées ayant pour objectif de réclamer le départ inconditionnel du président.

La communauté internationale priorisant l’option du dialogue serait contre le départ de Jovenel Moïse.

” Haiti est entrain de connaitre une crise humanitaire historique et ceci sans précédent. Il est donc urgent que vous réagissiez sur le cas d’Haïti afin d’éviter le pire “, ce, n’est qu’un extrait de la correspondance adréssée au Secretaire Général de l’ONU.

” L’opposition dénonce notamment l’implication du Président dans des actes de corruption, dans la dilapidation des fonds PetroCaribe suivant un rapport de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif et dans le détournement des fonds publics à travers des entreprises fictives. ”
L’opposition reproche aussi au président Jovenel Moïse d’avoir cautionné la prolifération des << gangs >> armés ” et instrumentalisé la Police Nationale d’Haïti (PNH) tout en institutionnalisant la violence à travers le pays. ”

Cette correspondance rappelle par ailleurs que l’épouse du Président, Martine Moïse est soupçonnée d’avoir impliqué dans une affaire de corruption via un contrat avec Dermalog, la firme allemande.

Cette lettre est signée par des Sénateurs Evallière BEAUPLAN, Nènel CASSY, Youri LATORTUE, Sorel JACINTHE; Des anciens Présidents de l’Assemblée Nationale Kelly C. BASTIEN,  Jean Yvon FEUILLÉ, Dieuseul Simon DESRAS; des Députés Déus DERONETH, Manès LOUIS, Jean Robert BOSSÉ, puis de Rony COLIN et Ralph Youry CHEVRY, Des Maires Titulaires de Croix-des-Bouquets et de Port-au-Prince respectivement.

La Chronique

Merci de nous suivre et de nous aimez:
error

Laisser un commentaire