SOCIÉTÉ

View more
La Chronique-Insécurité:La croix rouge haïtienne déplore l’attaque armée contre l’une de ses ambulances

Port-au-prince,le 13 novembre 2019...L'une des ambulances de la croix rouge haitienne a été attaquée par des individus armés circulant à motocyclette dans le dimanche 10...

Lire Plus
La Chronique-Societés:Haïti/Liberté de la Presse/Violence

L'Éditorial de Radio Galaxie, 11 novembre 2019 Haïti/Liberté de la Presse/Violence. Les Prédateurs en action. Une fois de plus un journaliste de radio télé Galaxie...

Lire Plus

SPORTS

View more

ACTUALITÉS

La Chronique-Justice: Le ministère de la Justice n’approuve pas les critiques d’Amnesty International

Port-au-Prince, le 11 novembre 2019.- Le ministère de la justice et de la sécurité publique (MJSP), dans une note publiée le 9 novembre 2019 dit noter des critiques en provenance de l’Amnesty International qui déplore un usage abusif de la force contre des manifestations au cours des derniers mois. Tout en exprimant ses réserves sur la démarche de cet organisme international de défense des droits humains, le ministère lui suggère de visionner les vidéos des faits blâmables dont la destruction des biens privés, de cas de vandalisme, d’incendie ou de pillage de résidence, etc.

Le ministère de la justice précise que le président de la république n’a pas autorité pour ordonner directement l’Unité assurant la garde du palais national. Évoquant l’usage de gaz lacrymogène, de canon à eau ou de balles en caoutchouc, les règlements de la police haïtienne précisent les différents protocoles à respecter en la matière et tout usage excessif ou violation des directives établies, tout cela fait l’objet d’investigations de l’Inspection Générale de la PNH et leurs auteurs sont toujours sanctionnés.

Le ministère de la justice, dans cette note, croit que la police nationale d’Haïti est l’une des principales victimes de cette situation de treuille. Il poursuit: “ce ne sont pas moins de 23 cas de destruction intégrale ou partielle de véhicules de police qui ont été enregistrés, ajoutés aux 24 attaques contre des postes de police.

Ce document du MJSP précise que, du 1er janvier au 30 octobre 2019, la police nationale a enregistré 40 cas de décès par balles de policiers dont 25 dus à des attaques armées perpétrées avant ou après leur tour de service pendant les journées de manifestations. Et parlant des assassinats des journalistes dont Néhémie Joseph et Rospide Pétion, le ministère informe que la justice ait déjà ces dossiers sous contrôle.  

Selon le MJSAC, Toutes les vidéos liées aux faits répréhensibles soulignés sont disponibles sur les réseaux sociaux et dans la presse nationale et il exhorte à l’Amnesty International à les visionner.  Ainsi, le ministère invite par ailleurs les organisations œuvrant dans le domaine des droits humains à se renseigner auprès des autorités compétentes, telles que la justice, la police et l’office de la protection du Citoyen, entre autres.

Le ministère de la justice et de la sécurité publique dit renouveler ses sympathies aux victimes des événements des neuf dernières semaines et réaffirme son engagement à respecter et à protéger les droits fondamentaux garantis par la constitution et les instruments juridiques internationaux de droits humains auxquels Haïti s’associe.

La Chronique